VACHEMENT moins important !

Aujourd’hui, le réchauffement climatique est un phénomène qui préoccupe beaucoup. Il est dû en parti à l’effet de serre : le soleil envoi des rayons Ultra Violet (UV) qui, une fois sur Terre, peuvent être absorbés ou réfléchis par le sol.

vachement moins important 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette capacité d’absorption est l’Albédo, elle est différente suivant le sol. Par exemple, l’albédo des océans se situe entre 5 et 15 % alors que celui des glaces varie de 50 et 60%. Les glaces renvoient ainsi une grande quantité de rayons par rapport aux océans qui absorbent les rayons, donc la chaleur. Les rayons renvoyés vers l’atmosphère par la Terre sont des Infrarouges (IR). Si la couche d’Ozone est chargée en gaz à effet de serre, les Infrarouges sont retenus sur la Terre.

vachement moins important 5vachement moins important 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe plusieurs gaz à faire effet de serre dont le plus connu est le Dioxyde de Carbonne CO2. Cependant, le Méthane CH4 est un gaz dont la capacité de réchauffement est vingt fois supérieure à celle du CO2. Ce gaz est émis en grande quantité par les bovins, la contribution du méthane rejeté par les bovins à l’effet de serre est d’environ 3%. Il est utile de préciser que 90% des rejets de méthane chez les bovins s’effectuent par les naseaux.

vachement moins important 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour diminuer le réchauffement climatique il faudrait réduire l’émission de méthane des bovins. C’est ce qu’a réalisé une scientifique de l’INRA (institut nationale de recherche en agronomie) avec une vache.

L’estomac d’une vache est constitué de quatre compartiments différents dont le rumen, autrement dit la panse. C’est à cet endroit que s’effectue la production de méthane : la Méthanogenèse, réaction chimique durant laquelle les aliments interagissent et libèrent le gaz. Cette réaction est réalisée par l’intervention de petits organismes unicellulaire appelés Protozoaires.

vachement moins important 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les chercheurs de l’INRA en ont déduit que pour baisser la production de gaz chez l’animal il fallait neutraliser ces organismes. Ainsi, en changeant la nourriture de la bête, ils en diminueraient la production de CH4. C’est avec des graines de lin, dont la culture est reconnue pour être écologique, qu’ils ont nourrit la vache.

Lorsque ces scientifiques ont collecté les gaz émis, la baisse de la production de méthane fut de 27 à 37% .

Ainsi, ces recherches ont permis de baisser de près d’un tiers la production de ce gaz à effet de serre.